ACTUALITES DU CBD

L’actualité du CBD

Le cannabidiol n’a pas encore délivré tous ses secrets ni affirmé tout son potentiel. Les recherches scientifiques, les évolutions législatives, les expérimentations thérapeutiques, les nouveaux produits, la conjoncture du marché, l’actualité du CBD foisonne de rebondissements ! Le Professeur CBD s’en fait l’écho, afin que tous ceux qui s’intéressent à cette molécule fascinante soient au courant des évolutions qui la concernent. Avis aux passionnés, l’actu du CBD c’est par ici !

Revue de presse

  • Cannabis : des parlementaires demandent une « légalisation encadrée » permettant à l’Etat de « reprendre le contrôle »

    « Nous proposons une légalisation encadrée, qui permette à l’Etat de reprendre le contrôle de la production, de la consommation, de la distribution de cannabis, en contrôlant les substances qui sont vendues », a déclaré mercredi 5 mai Caroline Janvier, députée LREM et rapporteure d’une mission d’information sur la réglementation des différents usages du cannabis. Ce rapport dresse un « constat d’échec » des lois répressives sur le cannabis et prône une « légalisation régulée » du cannabis récréatif. Les parlementaires souhaitent notamment faire « respecter l’interdit de vente aux mineurs » et proposer des « démarches de réinsertion » aux dealers.

    France Info

    Droit France

  • Sa Majesté la Reine Elizabeth II récompense GW Pharmaceuticals pour son innovation

    La société britannique GW Pharmaceuticals, longtemps seule entreprise à être autorisée à cultiver du cannabis au Royaume-Uni, a reçu le Queens Award for Enteprise 2021 en reconnaissance de son travail de pionnier dans la création des premiers médicaments à base de cannabis sur ordonnance approuvés par les autorités réglementaires. Considéré comme la plus haute récompense officielle du Royaume-Uni pour les entreprises britanniques, le Queen’s Award for Enterprise est un prix annuel qui récompense les réalisations exceptionnelles dans le domaine de l’innovation et qui en est à sa 55e année. Fondée en 1998, GW Pharmaceuticals a réussi à franchir des obstacles importants pour permettre le développement, la fabrication et la commercialisation de médicaments à base de cannabis homologués tels que le Sativex, jamais distribué en France, et l’Epidiolex, uniquement disponible sous ATU en France. La plupart des 1 100 membres de son personnel sont employés au Royaume-Uni. Au fil des ans, l’entreprise a investi plus de 1,3 milliard de livres sterling dans la recherche, le développement et l’infrastructure nécessaires pour mettre des médicaments innovants à la disposition des patients.

    Aurélien Bernard, Newsweed

    Europe Royaume-Uni

  • L’interdiction de l’autoculture de cannabis en appel au Québec

    Alors que le cannabis a été légalisé au Canada en 2018, le Québec a choisi d’interdire l’autoculture. Cette restriction provinciale a été challengée une première fois en justice en 2019. La juge de la Cour supérieure du Québec, Manon Lavoie, avait donné raison au poursuivant Janick Murray-Hall, notifiant que la loi provinciale interdisant aux Québécois de cultiver du cannabis pour leur usage personnel est inconstitutionnelle, sur fond d’arbitrage technique de la loi fédérale et de la loi provinciale. L’interdiction de l’autoculture équivaudrait effectivement à une loi pénale, qui relève de la compétence fédérale. La province avait annoncé faire appel de la décision, mettant en suspens la possibilité pour les Québécois de faire pousser leur propre cannabis. L’audience d’appel s’est tenu avant-hier 27 avril. La décision d’appel sera délivrée dans les 3 à 6 mois.

    Aurélien Bernard, Newsweed

    Amérique du Nord Canada Justice

  • Haute-Marne : le CBD s’invite dans les zones rurales comme à Chaumont

    Mardi 27 avril 2021, le Green Café a remonté ses grilles place des arts, à Chaumont en Haute-Marne. Au menu, du café torréfié à Saint-Dizier, du miel du département également et des tisanes de CBD, une molécule du cannabis. « Nous avons un public très diversifié. Pas mal de jeunes qui cherchent à arrêter de fumer du cannabis et qui tentent de passer par la case du CBD. Des trentenaires et quadragénaires plus attirés par l’effet relaxant, et les anciens qui eux préfèrent les huiles et les tisanes à base de chanvre », explique Pierre Subts, le propriétaire du café. Pour le jeune homme de Saint Dizier, le CBD a sa place en ruralité : « Le stress est partout, pas uniquement dans les grandes métropoles et les solutions pour y échapper sont multiples. Le CBD fait partie de ces solutions. Pour moi, il est important de donner ces opportunités de détente aussi aux habitants des petites villes de campagne ».

    Aurore Trespeux, France 3 Grand Est

    Eco-Conso France Grand Est Haute-Marne

  • Un restaurant propose un menu au CBD à Lyon

    C’est une première à Lyon : il est désormais possible de déguster un burger ou une salade au CBD. Depuis le 28 avril, le Bënnie Organic Restaurant à Lyon commence à servir deux plats contenant du CBD. Selon le restaurant, « c’est le premier menu en France de fast good 100 % bio au CBD ». Le menu sera disponible 15,95 euros jusqu’au 28 mai. Il y aura donc des burgers, cookies, boisson mais aussi salade au CBD. Les burgers seront fait « avec du CBD produit par des Lyonnais au sein de Villa Toscanna, dans leur ferme permacole située à côté de Florence en Italie ». Il sera possible de partir avec une bulle d’huile d’olive infusée au CBD.

    Lyon Capitale

    Alimentation Auvergne-Rhône-Alpes Eco-Conso France Lyon Rhône

  • Le bâtiment ne fait plus chanvre à part

    Le chanvre a une place à prendre dans la construction. Aussi, ses applications se développent, notamment sous la forme de béton de chanvre, à l’appui d’opérations pilotes et de programmes de R&D. Difficile de faire plus vertueux que le chanvre. Sa culture ne nécessite ni traitement chimique, ni irrigation, ni OGM. Sa transformation est mécanique et la quasi-totalité de la plante est exploitée par diverses filières industrielles : graine (chènevis), fleur, fibre, paille (chènevotte), et jusqu’aux poussières… Aujourd’hui, 29 % des fibres trouvent des applications dans le secteur du bâtiment.

    Félicie Geslin, Les Cahiers Techniques du Bâtiment

    Construction France

  • CBD : le mal-être du chanvre bien-être

    Près de trois mois après le rendu du rapport parlementaire autour du cannabis bien-être, l’avenir du CBD et de sa filière française se joue dans les couloirs de l’administration centrale. Associations et professionnels du secteur s’inquiètent d’un revirement gouvernemental et d’une possible interdiction. Mettre fin au flou aussi bien juridique qu’idéologique, casser les dogmes et ouvrir les yeux sur les apports du CBD, le cannabidiol, cette molécule du cannabis non psychotrope mais aux vertus relaxantes. Telles étaient les ambitions du rapport parlementaire publié le 10 février. Une bonne poignée de semaines plus tard, ceux qui saluaient à l’époque un outil exceptionnel, fouillé et précis, fort d’un panel de propositions solides pour structurer au mieux la filière française, sont aux abois. La raison : la réécriture de l’arrêté de 1990 coordonnée par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca) tarde à être rendue.

    Charles Delouche-Bertolasi, Libération

    Droit France

  • Comment la filière chanvre a été dopée dans l’Yonne par la crise sanitaire

    Située à Lézinnes, la société GéoChanvre, habituellement spécialisée dans la production de paillage à base de chanvre bio pour l’agriculture, a profité de l’épidémie pour diversifier son activité. Depuis un an, elle s’est lancée dans la fabrication de masques et plus récemment de sacs végétales et biodégradables, toujours grâce au chanvre. « On a créé une nouvelle gamme à partir de la toile de chanvre, une gamme confection où l’on peut faire des cabas, des sacs et on s’oriente aujourd’hui vers d’autres segments de marché où l’on est sollicité », annonce Gérald Bayette, le directeur commercial de l’entreprise. Avec cette nouvelle production, le chiffre d’affaire de l’entreprise a bondi de 50 % en l’espace d’un an.

    Yoann Etienne, France 3 Bourgogne-Franche-Comté

    Bourgogne-Franche-Comté Eco-Conso France Industrie Yonne

  • Lyon : un restaurant lance un menu à base de CBD

    Le restaurant Bënnie, situé dans le 1er arrondissement de Lyon, propose à partir du 28 avril un menu pour le moins spécial. Il se compose d’un burger (Bun’s, filet de poulet pané au cornflakes, gouda, purée de patate douce, roquette, oignon pickle, mayonnaise, pesto basilic & CBD servi avec pommes frites ou petite salade freshlaw) ou d’une salade (falafel ou poulet, quinoa, épinard, halloumi, purée de patates douces, graine de chanvre, oignon pickle, pesto basilic & CBD). Une boisson (Fraise, Verveine & CBD) et des cookies (chocolat lait, graine de chanvre, noisette) sont également prévus dans le menu au prix de 15,95 euros. Il sera à emporter ou en livraison.

    Lyon Mag

    Alimentation Auvergne-Rhône-Alpes Eco-Conso France Lyon Rhône

  • Peut-on donner du cannabidiol à nos animaux de compagnie ?

    Depuis 2018, le CBD (cannabidiol) est autorisé en vente libre en boutique et sur Internet. Il trouve désormais de multiples déclinaisons dans des compléments alimentaires destinés à nos bêtes à poils. Dans une boutique de CBD, en plein Périgueux, se trouve un rayon spécialement dédié. Sur l’étal des huiles de CBD pour animaux et un slogan : « Comme les humains, votre fidèle compagnon à poils possède lui aussi un système endocannabinoïde ». « Pour le stress, on le met directement en goutte dans les croquettes... C’est vrai qu’on le recommande aux gens de plus en plus, pour le stress surtout », commente Emmanuel Burban, le gérant de l’animalerie. A Oloron-Sainte-Marie, la clinique vétérinaire a toujours prôné l’utilisation de compléments alimentaires phytothérapeutiques. Sur les six practiciens, l’une d’entre eux recommande régulièrement l’usage d’extraits purifiés de plantes par les animaux domestiques. « C’est une molécule d’avenir, mais, avant de l’administrer, il faut attendre de vrais médicaments et de vraies indications », tempère Luc Bellocq, vétérinaire. « L’avantage, c’est qu’il n’y a pas de phénomène d’accoutumance, c’est sans risque, juste à associer à des médicaments le cas échéant », relève Philippe Goustat, un autre vétérinaire.

    Clémence Rouher, France 3 Nouvelle-Aquitaine

    Animaux Eco-Conso France Nouvelle-Aquitaine

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1830