ACTUALITES DU CBD

Afrique

Au total, 50 actualités sont dédiées au CBD et au chanvre dans la rubrique : Afrique

  • LE CHANVRE, UN GRAND POTENTIEL ECONOMIQUE POUR LE MAROC

    Avec près de 50 000 hectares de culture de chanvre et un savoir-faire ancestral, le Maroc pourrait bénéficier d’un boom économique grâce à l’industrie du chanvre thérapeutique. En discussion depuis quelques années, cette proposition, qui rapporterait près de 100 milliards de dirhams par an selon l’institut d’études Prohibition Partners, a pris une tournure plus concrète lorsque le Maroc a voté, en décembre 2020, en faveur d’une résolution des Nations unies préconisant la sortie de cette plante de la liste des substances toxiques. Des tâtonnements encore insuffisants, alors que le marché mondial est en pleine expansion.

    Leila Chik, TelQuel

    Afrique Eco-Conso Maroc

  • DANS LE NORD DU MAROC, DE NOUVEAUX APPELS A LEGALISER LE CHANVRE

    Comme il fallait s’y attendre, le retrait par les Nations Unies du chanvre de la liste des stupéfiants a relancé le débat autour de sa légalisation au Maroc. Aujourd’hui, ce sont des voix de militants qui s’élèvent pour défendre le droit des agriculteurs du nord du pays à vivre de la culture de cette plante. Pour des villages entiers, cette culture est un héritage préservé depuis des décennies. Il s’agit, pour eux, d’un métier qui se transmet de père en fils et qui, par ailleurs, est le seul moyen de subvenir aux besoins de la famille. A ce titre, pour les agriculteurs locaux, la culture du chanvre n’est pas vraiment un luxe, mais plutôt une contrainte liée à la nature même de leurs sols inadaptés à toute autre culture. Avec la légalisation de la culture du chanvre, les militants associatifs espèrent donc que cette filière deviendra suffisamment organisée pour que les agriculteurs, et plus globalement les populations qui en dépendent, accèdent à une vie un peu plus digne.

    Fayza Senhaji, Le360

    Afrique Droit Maroc

  • MAURICE ETUDIE LA LEGALISATION DU CHANVRE MEDICAL

    Le ministre de la santé de Maurice a récemment annoncé qu’un comité se réunirait pour statuer sur l’éventuelle légalisation du chanvre médical. Le comité, présidé par le Professeur Theeshan Bahorun, directeur exécutif du Mauritius Research and Innovation Council, sera constitué de plusieurs partenaires scientifiques et réglementaires. Lors de la rencontre prévue le 15 décembre, le comité va passer en revue ses attributions concernant l’usage médicinal de la plante à Maurice. À l’issue de ces travaux, un rapport sera soumis au ministère de la Santé. Toutefois, ces travaux risquent de durer un certain temps.

    Aurélien Bernard, Newsweed

    Afrique Droit Maurice

  • CHANVRE MEDICAL : UN COMITE SE REUNIT POUR DECIDER DE SON UTILISATION A MAURICE

    Longtemps réclamé, le chanvre thérapeutique deviendra-t-il une réalité à Maurice ? C’est une question qui fait débat depuis de nombreuses années et sur laquelle devra se pencher le comité mis en place par le ministère de la Santé. Ce comité est présidé par le professeur Theeshan Bahorun, directeur du Mauritius Research and Innovation Council. À la fin des travaux, un rapport sera présenté au ministère de tutelle.

    Joëlle Elix, L’express Maurice

    Afrique Droit Maurice

  • MAURICE : UN COMITE MIS EN PLACE POUR ENVISAGER L’UTILISATION MEDICALE DU CHANVRE

    Est-ce que le chanvre à usage médical sera utilisé à Maurice ? C’est ce que va décider le comité mis sur pied par le ministère de la Santé. Il est présidé par le Professeur Theeshan Bahorun, directeur exécutif du Mauritius Research and Innovation Council. Ce comité est constitué de représentants du ministère de la Santé, du Forensic Science Laboratory (FSL) et du State Law Office (SLO). Lors de la rencontre prévue pour le 15 décembre, le comité va passer en revue ses attributions. À l’issue de ces travaux, un rapport sera soumis au ministère de la Santé.

    Jean-Marie St Cyr, Defimedia

    Afrique Droit Maurice

  • CHANVRE MEDICAL : « LE MAROC A FAIT PREUVE DE BON SENS »

    La Commission des stupéfiants des Nations unies a voté, le 2 décembre 2020 à Vienne, une résolution retirant le chanvre à usage médical du tableau 4, classant les drogues les plus dangereuses. Une décision qui pourrait avoir un fort impact économique pour le Maroc, qui a voté « oui », à la surprise générale. « Ça change tout, parce que ce classement est hautement symbolique », commente le chercheur indépendant Kenzi Riboulet-Zemouli selon qui « le Maroc a fait preuve de bon sens ».

    Chik Leila, Telquel

    Afrique Droit Maroc

  • LA LEGALISATION DU CHANVRE, UN POTENTIEL ECONOMIQUE POUR LE MAROC

    Ils sont nombreux les Marocains qui voient le Royaume sur la voie de la légalisation du chanvre, suite à son vote le mercredi 2 décembre, pour le retrait de ce stupéfiant de la liste des drogues les plus dangereuses. Pour le Dr Allal Amraoui, chirurgien et député Istiqlalien, « Aujourd’hui, nous gagnerons tous si ce débat se faisait sereinement, loin de toutes polémiques politiciennes stériles  ». A en croire les experts de Prohibition Partners, si le commerce du chanvre est légalisé, le Maroc pourrait gagner près de 944 millions de dollars dès la première année.

    Bladi.net

    Afrique Droit Eco-Conso Maroc

  • MAROC : LA DEPENALISATION DE LA CULTURE DU CHANVRE REFAIT SURFACE

    Récemment, le chanvre a été reclassé hors de la catégorie des drogues les plus dangereuses par la Commission des stupéfiants des Nations-Unies. Au Maroc, considéré comme l’un des plus gros producteurs au monde de cette plante, la question de la dépénalisation de la culture du chanvre refait désormais surface. Déjà ces dernières années, des partis politiques marocains, à l’instar du parti Authenticité et Modernité (PAM), ont proposé la légalisation de la culture de cette plante pour un usage thérapeutique. Au niveau de la région Moyen-Orient et Afrique du nord, le Maroc est le seul pays à avoir voté pour la résolution de l’ONU, tandis que l’Algérie, l’Egypte ou encore le Bahreïn s’y sont opposés.

    Journal de Bangui

    Afrique Droit Maroc

  • MAROC : SUR LE CHANVRE, « LA REPRESSION SEULE A MONTRE SON INEFFICACITE »

    La Commission des stupéfiants des Nations Unies (CND) a adopté, mercredi 2 décembre, un certain nombre de changements dans la manière dont le chanvre est réglementé au niveau international. « La tendance va actuellement vers l’instauration d’une cadre légal pour la gestion de son usage, sans franchir le pas de la dépénalisation  », contextualise le docteur Allal Amraoui, chirurgien et député Istiqlalien. « Il faudrait au Maroc un cadre légal et réglementaire sur ce sujet, car la répression seule a montré son inefficacité », poursuit-il.

    Oussama Abaouss, L’Opinion

    Afrique Droit Maroc

  • A QUAND LA RUEE VERS L’OR VERT DU MAROC ?

    Il y a quelques jours, la commission des stupéfiants des Nations Unies annonçait qu’à l’issue d’un vote, et suite aux recommandations de l’OMS, le chanvre avait été retiré de la liste des stupéfiants à risques où il figurait depuis 1961. Un retrait approuvé par le Maroc et par 26 autres pays, mais aucun autre du Moyen-Orient ou du nord de l’Afrique. Le Maroc aurait grand intérêt à légaliser un jour prochain la production et la consommation de cette plante à des fins médicinales et thérapeutiques, dans un cadre réglementé. Car d’ici 2025, on estime que le marché légal du chanvre pourrait peser entre 100 et 200 milliards de dollars au niveau mondial. Ce marché particulièrement juteux est aussi très attractif pour d’autres pays d’Afrique.

    Zineb Ibnouzahir, Le360

    Afrique Droit Eco-Conso Maroc

  • MAROC : UN PAS DE PLUS VERS LA LEGALISATION DU CHANVRE

    Contrairement aux autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, le Maroc a voté pour le retrait du chanvre de la liste des drogues dures lors de la 63ᵉ session de la Commission des stupéfiants des Nations-Unies tenue mercredi 2 décembre à Vienne. L’Algérie, l’Égypte, l’Irak, la Libye et la Turquie ont notamment voté contre. Avec ce vote, un pas de plus a été franchi pour la légalisation du chanvre à des fins médicales, voire récréatives.

    Bladi.net

    Afrique Droit Maroc

  • UN CAMPUS DEDIE AU CHANVRE EN AFRIQUE DU SUD

    En Afrique du Sud, le pionnier Cheeba Africa, en partenariat avec Medical Marijuana 411, le leader mondial de l’éducation sur le chanvre médical, vient d’ouvrir le tout premier campus éducatif consacré à cette plante sur le continent africain. La Cheeba Cannabis Academy ouvrira les portes à Vereeniging, 40 minutes au sud de Johannesburg, en mars 2021, sous la coupole de l’université de Limpopo/Edupark. C’est une vaste installation qui comprend un auditorium de 120 places, huit salles de conférence et un hébergement sur place pour 190 étudiants. Le cadre pittoresque abrite des tunnels de culture du chanvre et un laboratoire de test en cours d’installation.

    Agence Ecofin

    Afrique Afrique du Sud Formation

  • LA LEGALISATION DU CHANVRE, UNE MANNE ECONOMIQUE POUR L’AFRIQUE

    La Commission des Stupéfiants de l’ONU a voté, le 2 décembre 2020, pour le retrait du chanvre de la classification des drogues dures en droit international. La plante est désormais considérée comme utile pour son potentiel thérapeutique, un marché qui représenterait 800 millions de dollars en Afrique, selon Probibition Partners. Celui de son usage récréatif s’y élèverait à 150 milliards de dollars. En Afrique, dix pays ont déjà adopté une loi favorable à la culture et à l’usage du chanvre à des fins thérapeutiques. Les législateurs n’ont pas cependant étendu l’ouverture à l’usage récréatif. e Malawi, le Lesotho, le Zimbabwe, l’Afrique du Sud, l’Ouganda, la Zambie, le Ghana, l’Eswatini et, tout dernièrement, le Rwanda, ont adopté des législations autorisant la production du cannabis sous conditions. Le continent africain dans son entier produit 38 000 tonnes par an. La part non déclarée, échappant aux statistiques, est plus importante, au petit bonheur des réseaux de trafiquants.

    Albert Savana, Financial Afrik

    Afrique Droit Eco-Conso

  • ZIMBABWE : LE GOUVERNEMENT FONDE DE GRANDS ESPOIRS SUR LES REVENUS DU CHANVRE

    Au Zimbabwe, l’exécutif fonde de grands espoirs sur l’industrie du chanvre. D’après des prévisions relayées par Bloomberg, les recettes d’exportation pourraient atteindre 1,25 milliard de dollars en 2021. De tels revenus feraient du chanvre la première culture d’exportation en termes de recettes, devant l’industrie du tabac qui est historiquement la principale source de devises agricoles du pays (444 millions de dollars en 2020). Selon Clive Mphambela, porte-parole du Trésor, 44 licences ont été accordées depuis l’annonce en septembre dernier d’une législation plus tolérante qui autorise la culture, la commercialisation, la transformation du chanvre industriel ainsi que sa production à des fins de recherche. Si pour le gouvernement, l’heure est à l’optimisme, certains observateurs restent encore mesurés. Les prix pourraient aussi chuter avec l’arrivée sur le marché de stocks d’autres pays ayant choisi aussi de développer leur industrie du chanvre.

    Espoir Olodo, Agence Ecofin

    Afrique Eco-Conso Zimbabwe

  • MAURICE : LE MMM EN FAVEUR DE LA LEGALISATION DU CHANVRE MEDICAL

    Le Mouvement militant mauricien (MMM) est en faveur de légalisation du chanvre par prescription en tant que médicament. C’est ce qu’a déclaré Paul Bérenger le 28 novembre. Pour lui, les consommateurs de chanvre ne doivent pas se retrouver en prison. « Nous sommes en faveur d’un Select Committee du Parlement pour examiner toutes les questions relatives à la drogue », a-t-il déclaré.

    Elodie Domun, Defimedia

    Afrique Droit Maurice

  • AU MALAWI, L’INDUSTRIE DU CHANVRE ATTIRE LES ENTREPRENEURS

    Au Malawi, les entreprises se bousculent pour prendre une place sur le marché du chanvre promis à un développement important dans les prochaines années. Avec la légalisation en février dernier de la culture et de la commercialisation de la plante à des fins médicales et industrielles dans le pays, de nombreux acteurs se sont rapprochés des autorités pour obtenir des agréments. Plus d’une centaine de demandes de licences d’exploitation sont en cours de traitement. Pour les autorités malawites, l’industrie naissante du chanvre pourrait générer des revenus supplémentaires pour contrebalancer la mauvaise passe que traverse la filière tabac.

    Espoir Olodo, Agence Ecofin

    Afrique Eco-Conso Malawi

  • LE MALAWI VEUT SA PART DU CHANVRE

    Le Malawi est prêt à lancer la production commerciale et la transformation du chanvre à des fins médicales et industrielles, a déclaré le 24 novembre la nouvelle autorité de régulation du chanvre de ce pays d’Afrique australe. Selon l’autorité de régulation du Malawi, plus de 100 demandes de licence d’exploitations ont été soumises et sont en cours d’examen. Les droits de licence varient entre 100 dollars à 10 000 dollars par an pour la culture, la vente, le stockage, la distribution de l’une ou l’autre utilisation de la plante. Les autorités anticipent que les revenus dérivés de ce secteur naissant vont dépasser ceux du tabac, jusqu’ici principale culture d’exportation du Malawi.

    VOA Afrique

    Afrique Eco-Conso Malawi

  • LE NIGERIA S’INTERESSE DE PRES AU MARCHE DU CHANVRE

    Un projet de loi visant à légaliser la culture de chanvre pour la recherche médicale et scientifique est étudié actuellement au Nigeria. Le texte a passé la deuxième lecture devant la Chambre des Représentants mi-octobre. Le Comité de la Chambre sur les stupéfiants devra le regarder avant son adoption en troisième lecture. Le projet de loi sera ensuite soumis au Sénat puis au Président nigérian. Le Nigeria cherche à cultiver et développer le marché des produits au CBD et du chanvre industriel, sous l’impulsion d’un groupe canadien Grow CANN Africa. Le groupe a récemment déclaré que le Nigéria était bien placé pour tirer parti de la demande mondiale croissante de marchés du cannabis, de l’huile de CBD et du chanvre industriel.

    Aurélien Bernard, Newsweed

    Afrique Droit Nigeria

  • L’ILE MAURICE POURRAIT TIRER PROFIT DU CHANVRE THERAPEUTIQUE

    La docteur Uvarajen Paratian, médecin généraliste et professionnel de la psychiatrie générale, addictologie et hypnose thérapeutique, disserte sur les opportunités que le chanvre pourrait apporté à l’île Maurice. « Le CBD possède, lui, des effets médicaux, donc des vertus thérapeutiques », affirme ce dernier. « Le gouvernement peut tirer profit de cet état des choses, du cannabis thérapeutique. Je reçois beaucoup de patients mauriciens qui se déplacent à La Réunion pour divers troubles à traiter », poursuit l’intéressé.

    Melhia Bissière, L’Express

    Afrique Maurice

  • L’AFRIQUE ATTEND BEAUCOUP DU CHANVRE THERAPEUTIQUE

    C’est le Lesotho qui le premier a franchi le pas, autorisant la culture du chanvre à usage thérapeutique en 2017. Dans la foulée, d’autres pays d’Afrique ont embrayé, comme le Zimbabwe, l’Ouganda ou la Zambie. Et maintenant le Rwanda. Un intérêt qui ne doit rien au hasard. De plus en plus de pays dans le monde autorisent l’usage thérapeutique de cette plante. Le Rwanda lui aussi rêve de prendre sa part d’un gâteau qu’on évalue à des dizaines de milliards de dollars au niveau mondial.

    Jacques Deveaux, France Télévisions

    Afrique

  • LE CHANVRE, UN FUTUR OR VERT POUR LE RWANDA ?

    Lors d’un Conseil des ministres lundi 12 octobre, le gouvernement rwandais a donné le feu vert à la production et à l’exportation de chanvre dans le but d’une commercialisation pour un usage thérapeutique. Le Rwanda compte ainsi se tailler une part de ce marché évalué à des dizaines de milliards de dollars au niveau mondial. Toutefois, le ministre a insisté sur un point : les récoltes seront entièrement exportées et vendues à l’industrie pharmaceutique. La consommation dans le pays, elle, reste illégale et sévèrement punie.

    Laure Broulard, RFI

    Afrique Droit Rwanda

  • LE RWANDA APPROUVE L’EXPORTATION DE CHANVRE MEDICINAL

    Le Rwanda a approuvé la production et l’exportation de chanvre à usage médical afin d’augmenter ses revenus. Une réunion du cabinet gouvernemental a donné son accord à « des directives sur la culture, la transformation et l’exportation de cultures thérapeutiques de grande valeur au Rwanda ». Le ministre de la Santé, Daniel Ngamije, a annoncé à la télévision d’Etat que les cultures thérapeutiques comprenaient le chanvre. Ce dernier a déclaré que le Rwanda veut « contribuer aux centres de recherche et aux industries pharmaceutiques, pour leur fournir des matières premières, afin que nous gagnions de l’argent ».

    Samba Cyuzuzo, BBC

    Afrique Droit Rwanda

  • LE RWANDA APPROUVE LA PRODUCTION DE CHANVRE, MAIS SEULEMENT POUR L’EXPORT

    Le Rwanda a approuvé la culture et l’exportation de chanvre alors même que sa consommation à des fins médicales ou récréatives reste illégale dans le pays. Le Ministre rwandais de la Santé, le Dr Daniel Ngamije, a déclaré que malgré l’intention du gouvernement de tirer profit de la production et de l’exportation de chanvre, son utilisation dans le pays est interdite. Une réunion du Cabinet, présidée par le président Paul Kagame, a approuvé des directives réglementaires sur la culture, la transformation et l’exportation de « cultures thérapeutiques de grande valeur  ».

    Aurélien Bernard, Newsweed

    Afrique Droit Rwanda

  • L’AFRIQUE AUSTRALE LEGALISE LE CHANVRE, LE RESTE DU CONTINENT EST A LA TRAINE

    Certains pays d’Afrique ont flairé le gros potentiel du chanvre, dont les vertus thérapeutiques sont vantées un peu partout dans le monde. Pour le moment, ce sont les pays d’Afrique australe qui font figure de pionniers sur ce continent : l’Afrique du Sud, le Lesotho ou encore le Zimbabwe. Ces pays se préparent à fournir un marché international appelé à s’ouvrir progressivement. Ce faisant, ils prennent une longueur d’avance sur le reste du continent. Ailleurs, même si la culture du chanvre peut être pratiquée à très grande échelle, l’heure est encore à la pénalisation de la production et surtout de la vente.

    Ismail Traoré, Le360

    Afrique Droit

  • LE ZIMBABWE DEVOILE SES LICENCES DE CULTURE DU CHANVRE

    Le gouvernement du Zimbabwe a dévoilé les 3 licences qui permettront notamment de cultiver du chanvre sous l’égide de l’Agricultural Marketing Authority (AMA), l’autorité de régulation chargée de la plante. «  L’Autorité peut délivrer les types de permis suivants : un permis de cultivateur général, un permis de recherche et de breeding, et un permis de commerçant industriel de chanvre », peut-on lire dans le règlement zimbabwéen. La consommation de chanvre reste illégale au Zimbabwe et la plupart des activités commerciales autour de cette plante ne peuvent faire de promotion.

    Aurélien Bernard, Newsweed

    Afrique Droit Zimbabwe

  • ZIMBABWE : UNE AUTORISATION DE LA CULTURE DU CHANVRE SOUS CONDITIONS

    Au Zimbabwe, la législation est désormais plus tolérante vis-à-vis de la culture du chanvre. Auparavant, cette production pouvait conduire à un emprisonnement de près de 12 ans. Mais le gouvernement a publié récemment une nouvelle législation qui autorise cette activité, sous conditions. Selon les propos d’Anxious Masuka, ministre de l’Agriculture, des licences seront octroyées aux agriculteurs, aux chercheurs et aux négociants. Ce relâchement de l’arsenal réglementaire devrait permettre au pays de développer ce marché encore inexploité et au gouvernement de récupérer des recettes fiscales supplémentaires sur le marché intérieur.

    Agence Ecofin

    Afrique Droit Zimbabwe

  • MAROC : UNE DEPUTEE PROPOSE DE LEGALISER LE CHANVRE THERAPEUTIQUE

    Au Maroc, le Parti authenticité et modernité (PAM) propose un projet de loi pour la légalisation de la culture du chanvre. Ledit projet de légalisation est soutenu par la jeune députée parlementaire marocaine Ibtissame Azzaoui. L’objectif de ce projet est d’utiliser cette plante pour des usages industriels et médicaux.

    Dzair Daily

    Afrique Droit Maroc

  • AFRIQUE DU SUD : LES DETAILS DU PROJET DE LEGALISATION DU CHANVRE

    Le projet de loi qui légalisera le chanvre en Afrique du Sud a été publié en amont de sa soumission au Parlement. Il fixe notamment les limites de ce qui sera considéré comme trop de dagga pour être considéré comme étant à usage personnel. Le texte définit le chanvre comme toute substance contenant du THC. Des limites légales d’utilisation personnelle à domicile sont notamment fixées.

    Aurélien Bernard, Newsweed

    Afrique Afrique du Sud Droit

  • AFRIQUE DU SUD : LE GOUVERNEMENT APPROUVE LE PROJET DE LOI DE LEGALISATION DU CHANVRE

    Le gouvernement sud-africain a approuvé le projet de loi de légalisation du chanvre et envoyé le texte au Parlement pour lecture. La Haute Cour du Cap avait jugé il y a plus de trois ans que l’interdiction de l’usage privé de chanvre était inconstitutionnelle, une décision confirmée en 2018 par la Cour constitutionnelle du pays. Les détails de la proposition n’ont pas été publiés. Ils nécessitent un examen par le Parlement et un processus de consultation publique avant de devenir loi.

    Aurélien Bernard, Newsweed

    Afrique Afrique du Sud Droit

  • MAROC : UNE COMMISSION PRECONISE LA LEGALISATION DU CHANVRE

    Lors d’un atelier sur le développement du Maroc organisé le 23 juillet, la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) a jugé que la répression sur le chanvre n’avait pas fonctionné et préconise de légaliser la culture et la consommation de la plante. La CSMD estime qu’une légalisation renouerait avec la tradition marocaine, en plus de générer des revenus plus importants pour les agriculteurs et pour une industrie estimée à 800 millions d’euros dès la première année.

    Aurélien Bernard, Newsweed

    Afrique Maroc

0 | 30

Consulter une revue de presse par

Thématique

Agriculture Alimentation Animaux Construction Cosmétique Droit Eco-Conso Edition Environnement Expérimentation française Formation Histoire Justice Mission parlementaire Recherche Santé Sécurité routière Sport Textile

Pays par zones géographiques

Afrique Afrique du Sud Albanie Allemagne Amérique du Nord Amérique du Sud Argentine Asie Australie Belgique Bolivie Bosnie-Herzégovine Brésil Canada Caraïbes Chine Colombie Corée du Sud Costa Rica Cuba Danemark Dominique Equateur Espagne Etats-Unis Europe France Gabon Ghana Guyana Inde Indonésie Irlande Israël Italie Jamaïque Japon Lesotho Liban Luxembourg Macédoine du Nord Malawi Mali Malte Maroc Maurice Mexique Népal Nigeria Nouvelle-Zélande Océanie Ouganda Ouzbékistan Pakistan Paraguay Pays-Bas Pérou Pologne Portugal Proche/Moyen-Orient Royaume-Uni Russie Rwanda Sainte-Lucie Seychelles Suède Suisse Thaïlande Trinité-et-Tobago Tunisie Ukraine Uruguay Zambie Zimbabwe

Région

Auvergne-Rhône-Alpes Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Centre-Val de Loire Grand Est Guyane Hauts-de-France Ile-de-France Normandie Nouvelle-Aquitaine Nouvelle-Calédonie Occitanie Pays de la Loire Polynésie française Provence-Alpes-Côte d’Azur Saint-Pierre-et-Miquelon

Département

Aisne Alpes-de-Haute-Provence Alpes-Maritimes Ardèche Ardennes Aube Aude Bas-Rhin Bouches-du-Rhône Calvados Charente Charente-Maritime Cher Corrèze Côte-d’Or Côtes-d’Armor Creuse Deux-Sèvres Dordogne Doubs Drôme Essonne Eure Eure-et-Loir Finistère Gard Gironde Haut-Rhin Haute-Garonne Haute-Loire Haute-Saône Haute-Savoie Hauts-de-Seine Hérault Ille-et-Vilaine Indre Indre-et-Loire Isère La Réunion Landes Loire Loire-Atlantique Lot Lozère Maine-et-Loire Manche Marne Meurthe-et-Moselle Meuse Morbihan Moselle Nord Oise Orne Pas-de-Calais Puy-de-Dôme Pyrénées-Orientales Rhône Saône-et-Loire Sarthe Savoie Seine-et-Marne Seine-Maritime Seine-Saint-Denis Somme Tarn Territoire de Belfort Val-de-Marne Var Vaucluse Vendée Vienne Vosges Yonne Yvelines

Ville

Aix-en-Provence Angers Besançon Bordeaux Brest Caen Clermont-Ferrand Grenoble Le Havre Lille Marseille Montpellier Paris Perpignan Reims Rennes Saint-Denis Saint-Etienne Toulouse