ACTUALITES DU CBD

Maroc

Au total, 67 actualités sont dédiées au CBD et au chanvre dans la rubrique : Maroc

  • Maroc : une instance consultative sur le cannabis

    L’instance consultative scientifique pour accompagner la mise en œuvre de la loi n°13.21 portant usages licites du cannabis au Maroc a été créée, samedi 3 avril, à Tanger. Cette instance se compose de médecins de nombreuses spécialités, de pharmaciens, juristes, économistes, acteurs associatifs ainsi que de journalistes. La mission de l’instance sera consultative sur la base des rapports qu’elle élaborera et qui concerneront le législateur marocain, les agriculteurs, les fabricants ainsi que les investisseurs qui ont l’intention d’investir dans ce secteur prometteur.

    Consonews

    Afrique Droit Maroc

  • Légalisation du « cannabis médical » au Maroc : « Une opportunité colossale »

    Pour Kenza Afsahi, enseignante-chercheuse au Centre Emile Durkheim (CNRS-Sciences Po Bordeaux), le projet de légalisation de la culture et de la vente du cannabis destiné à un usage thérapeutique est une évolution majeure. Le Maroc est le premier producteur mondial de résine de cannabis, aujourd’hui illégale, et le premier fournisseur des Européens. « C’est un projet colossal qui devra relever des défis politiques, économiques, sociaux et culturels. Mais c’est une réelle opportunité pour construire de nouvelles relations entre l’Etat et une population qui a vécu dans l’illégalité pendant des décennies. Les enjeux sont aussi sanitaires puisqu’il faudra faciliter l’accès au cannabis pour les malades marocains », analyse-t-elle.

    Ouest-France

    Afrique Droit Maroc

  • Les autorités marocaines autorisent la culture du cannabis

    Le gouvernement marocain a approuvé une loi autorisant la culture, l’exportation et l’utilisation du cannabis à des fins médicales ou industrielles. Le changement vise à améliorer le sort des agriculteurs dans la région du Rif, où il est cultivé depuis des décennies, et à exploiter un marché mondial en pleine croissance pour le cannabis légal. Mais la loi divise les agriculteurs du Rif, qui continuent de craindre les mandats d’arrêt en suspens et que cela rien ne change à la baisse de leurs revenus depuis des années ainsi. Certains souhaitent que le gouvernement marocain autorise l’usage récréatif du cannabis.

    VOA Afrique

    Afrique Agriculture Droit Maroc

  • Le projet de loi sur la légalisation du cannabis médical au Maroc traduit

    Le Maroc avance rapidement sur sa légalisation du cannabis médical. Le gouvernement marocain a su basculer d’un projet qui revenait à chaque élection à un texte à enjeu sur lequel il s’apprête à bâtir une industrie légale de plusieurs milliards d’euros. Le projet de loin, à l’origine uniquement disponible en arabe, a été traduit et annoté en anglais par World Morroco News. De nombreuses sections du projet de loi, principalement en ce qui concerne le marché intérieur, nécessitent une législation supplémentaire, mais le projet de loi dans son état actuel permet une bonne vue d’ensemble du cadre du cannabis prévu par le Maroc. Un élément manquant notable est la mention des droits et obligations des futurs utilisateurs de cannabis médical domestique. L’Etat établit la structure d’un marché national, mais devra encore préciser plusieurs autres éléments importants dans un avenir proche. Cependant, le projet de loi comprend la plupart des dispositions relatives à l’exportation internationale.

    Aurélien Bernard, Newsweed

    Afrique Droit Maroc

  • Cannabis, le Maroc peut tirer parti de son or vert

    La production de produits à base de cannabis dans le secteur pharmaceutique est très large, et l’adoption au Maroc de la loi portant sur l’usage licite du cannabis en fait un futur acteur de premier plan. « Le Maroc peut être un fournisseur potentiel de matière première, dans le respect des normes de la pharmacopée. Aujourd’hui, la matière première de cannabis est très demandée », souligne Karim Aït Ahmed, le président de l’Alliance des Pharmaciens Istiqlaliens. « Entre mise en place du tissu industriel, calibrages des machines, certifications, le Maroc sera capable d’en produire d’ici deux ans au maximum. Nous avons les ressources et les compétences humaines nécessaires pour le faire », poursuit-il.

    L’Opinion

    Afrique Eco-Conso Maroc

  • Cannabis thérapeutique : le Maroc veut sa part

    Cela promet de bouleverser le marché du cannabis. Le gouvernement marocain a approuvé, le 11 mars, un projet de loi autorisant un usage « médical, cosmétique et industriel » du « kif », comme on l’appelle dans ce pays. Concrètement, le texte qui doit être voté prochainement au Parlement légalise la production et la consommation à usage thérapeutique, comme l’ont déjà fait plusieurs pays. Cela met fin à une vaste hypocrisie. Personne n’ignore que le Maroc est le leader mondial de la production de résine de cannabis, produite à partir des 55 000 hectares de plantes cultivées essentiellement dans le Rif. L’activité illégale, bien que très visible, y fait vivre des dizaines de milliers de familles. Elle rapporterait quelque 19 milliards d’euros, en grande partie empochés par les trafiquants, qui alimentent le marché européen.

    Abdeslam Kadiri, Ouest-France

    Afrique Eco-Conso Maroc

  • Culture légale du cannabis : le nord du Maroc se prépare

    Le projet de loi autorisant les usages licites du cannabis au Maroc a été approuvé, le 11 mars dernier, par le gouvernement. Une filière agricole et industrielle à part entière est, ainsi, dans le pipe afin d’exploiter la culture du cannabis à des fins médicales et thérapeutiques. Dans la région du Nord, où le sol répond aux particularités de ce rythme de plantations, les responsables locaux se préparent déjà en réfléchissant aux moyens à mettre en place afin d’accompagner la mise en œuvre de ce projet. L’idée est de faire bénéficier cette région des potentialités qu’offre une telle activité. C’est, donc, dans ce sens qu’un programme de développement a été pensé par l’Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN).

    Les Inspirations éco

    Afrique Maroc

  • Les américains se positionnent (déjà) sur le cannabis marocain

    Quelques jours à peine après l’adoption en Conseil de gouvernement marocain (le 11 mars 2021) du projet de loi sur les usages légaux du cannabis, c’est déjà la ruée des groupes industriels étrangers vers le nord du Royaume. Deux délégations représentant des groupes industriels américains se trouvent actuellement en mission de prospection au Maroc. Elles ont programmé des rencontres avec les cultivateurs de cannabis, ainsi qu’avec la société civile des provinces concernées. Ce n’est pas la première fois que des industriels étrangers au Maroc s’intéressent aux régions du nord du pays où est cultivé le cannabis. Dès le début des années 2000, plusieurs investisseurs étrangers avait mené des missions de prospection dans ces régions, mais qui étaient restées sans suite. Aujourd’hui, avec le projet de loi sur les usages légaux du cannabis, de nouveaux horizons s’ouvrent devant les investisseurs nationaux et étrangers intéressés par ce secteur.

    Infomédiaire

    Afrique Eco-Conso Etats-Unis Maroc

  • Maroc : avec la légalisation du cannabis, un tabou est levé

    Clap de fin pour le débat sur le chanvre au Maroc. Longtemps agitée, notamment à l’approche d’échéances électorales, la légalisation du cannabis devient désormais une réalité. Le Conseil de gouvernement, qui examinait le projet de loi devant régir cette activité depuis le 25 février 2021, a donné son feu vert ce jeudi 11 mars, en approuvant ce texte qui réglemente l’usage licite de cette plante dont la culture était jusque-là interdite dans le Royaume. Ce texte prévoit la création d’une agence de régulation des activités du cannabis, qui assurera le suivi du cannabis à usage médical, cosmétique et industriel, dans toutes les étapes de sa chaîne de production, de transformation, d’importation, d’exportation et de commercialisation. Elle aura aussi pour mission d’accorder, de renouveler et de retirer les autorisations et d’assurer le suivi sur le terrain de toutes les opérations relatives à cette activité.

    Elimane Sembene, Maroc Hebdo

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : « tout reste encore à faire avant de tirer profit de la légalisation » du cannabis

    Mohammed Hmamouchi, actuellement professeur invité à l’université de Montréal, a été le premier directeur de l’Institut national des plantes aromatiques et médicinales, entre 2002 et 2009. Aujourd’hui retraité, il est professeur invité à l’Université de Montréal. Au Maroc, il est membre du Forum des compétences de Taounate, sa ville natale, en charge de la commission cannabis. Grand connaisseur de cette question, il estime que le chemin à parcourir par le Maroc sera très long pour s’imposer en tant que sérieux concurrent sur ce segment, sur les marchés internationaux. D’abord, au Maroc, il ne sera pas uniquement question que de textes réglementaires. Selon ce spécialiste, tout, ou presque, reste à accomplir, à commencer par des études sérieuses et complètes. Il en sera de même pour la future Agence nationale de régulation, de ses moyens, de ses prérogatives et de son champ d’action. Il y a, de plus, un os de taille : le cannabis cultivé au Maroc contient une très grande teneur en THC (entre 60 et 70%). De ce fait, il est très convoité sur le marché international, pour son usage récréatif, mais cela le rend difficilement exploitable pour des usages industriels ou médicaux.

    Mohammed Boudarham et Youssef El Harrak, Le360

    Afrique Maroc

  • Maroc : la culture de cannabis légal ciblera 98 communes rurales

    Au Maroc, la mise en œuvre du projet de loi relatif aux usages licites du cannabis, après son approbation, ciblera 98 communes rurales, a indiqué le directeur général de l’Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN), Mounir El Bouyoussfi. Ce dernier a affirmé que les impacts sociaux, économiques et environnementaux sont à la base de ce programme.

    L’Economiste

    Afrique Agriculture Maroc

  • Le Maroc adopte un projet de loi sur l’usage thérapeutique du cannabis

    Au Maroc, le conseil de gouvernement vient d’adopter un projet de loi sur l’usage thérapeutique et industriel du cannabis. Il sera soumis au Parlement dans les jours à venir, et s’il recueille le feu vert des deux Chambres, ce texte ouvrira de nouvelles opportunités aux producteurs. Le vendredi 12 mars, l’Association des médecins internes de l’Université Mohammed VI des sciences de la santé a organisé une conférence sur le cannabis thérapeutique regroupant des experts et des chercheurs. Ils ont souligné l’importance de l’utilisation thérapeutique de cette plante contre les fortes douleurs liées à des maladies graves. Il y a une demande internationale de plus en plus importante, ce qui offre une réelle opportunité socio-économique pour le Maroc.

    Le Courrier de l’Atlas

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : « La légalisation du cannabis ouvre la voie à de nouvelles opportunités »

    Le gouvernement a donné son feu vert pour l’usage du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles. Layla Sentissi, directrice exécutive de la Fédération Marocaine de l’Industrie et de l’Innovation Pharmaceutiques (FMIIP), se réjouit de cette annonce et plaide pour une plus grande réactivité du ministère de la Santé, encore silencieux face au projet de légalisation.

    Faiza Rhoul, H24info

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : feu vert du gouvernement à la légalisation du cannabis thérapeutique

    Le Conseil du gouvernement marocain a validé le 11 mars un projet de loi qui autorise l’usage « médical, cosmétique et industriel » du cannabis en maintenant néanmoins l’interdiction des usages récréatifs. Ce projet de loi, qui doit encore être adopté par le Parlement avant son entrée en vigueur, vise à encadrer la production actuelle de cannabis en instaurant un nouveau cadre juridique et réglementaire. Le texte prévoit notamment la création d’une « agence nationale de régulation » qui sera chargée de « développer un circuit agricole et industriel » avec des « périmètres réglementaires » et des « plants certifiés ». Cette future agence sera chargée de contrôler toutes les étapes de la « chaîne de production », depuis l’importation des semences jusqu’à la commercialisation via deux types de cultures, l’une à destination médicale et cosmétique, l’autre à usage industriel. Le texte mentionne également un contrôle des teneurs en THC, principale molécule psychoactive du cannabis.

    RT France

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : le Parlement entre en jeu sur la légalisation du cannabis

    Dégel dans le dossier de la légalisation du cannabis au Maroc. Après deux premiers reports, le Conseil de gouvernement vient d’adopter le projet de loi 13-21 relatif à l’usage légal du chanvre. C’est au tour du Parlement de se prononcer sur ce texte très attendu. Si le projet ne pourra pas être programmé en plénière au cours de la session parlementaire extraordinaire actuelle au Parlement, la commission parlementaire compétente pourra très bien le programmer et entamer son examen. Il faut préciser dans ce sens que les dispositions contenues dans la loi doivent avoir un impact indéniable sur les régions concernées par la culture du chanvre, mais également et surtout sur les populations locales. Pour piloter ce chantier, le texte prévoit la création d’une agence.

    Mohamed Badrane, Aujourd’hui le Maroc

    Afrique Droit Maroc

  • Le Maroc s’apprête à légaliser l’usage thérapeutique du cannabis

    Le Maroc, premier producteur mondial de haschich, se prépare à légaliser l’usage thérapeutique du cannabis, avec un cadre juridique destiné à permettre à l’Etat de valoriser une culture lucrative actuellement aux mains des trafiquants. Le conseil de gouvernement a adopté, jeudi 11 mars, un projet de loi sur « les usages licites du cannabis » autorisant un usage « médical, cosmétique et industriel ». Le texte qui doit encore être validé par le Parlement ne concerne pas le cannabis « récréatif », toujours prohibé. Le but est de « reconvertir les cultures illicites destructrices de l’environnement en activités légales durables et génératrices de valeur et d’emploi », selon le texte.

    France 24

    Afrique Droit Maroc

  • Au Maroc, le gouvernement veut légaliser le cannabis « thérapeutique »

    Le gouvernement du Maroc a validé jeudi 11 mars un projet de loi légalisant le cannabis « thérapeutique », tout en maintenant l’interdiction de son usage récréatif, a-t-on appris de source gouvernementale. Le texte, qui doit encore être entériné par le Parlement, prévoit la création d’une « agence nationale de régulation » chargée de « développer un circuit agricole et industriel », avec « périmètres réglementaires », « coopératives d’agriculteurs autorisés » et « plants certifiés ». Le but est de « reconvertir les cultures illicites destructrices de l’environnement en activités légales durables et génératrices de valeur et d’emploi », selon le projet de loi diffusé par les autorités.

    Le Monde

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : le Conseil de Gouvernement vote le projet de légalisation du cannabis médical

    Après deux reports, le projet de légalisation du cannabis médical a été adopté le 11 mars par le Conseil de gouvernement marocain. Il sera ensuite soumis au Parlement avant d’être définitivement adopté. Le texte prévoit la création d’une agence de régulation qui sera chargée de délimiter six zones de culture à travers le Royaume, a priori dans le nord du pays. Elle supervisera ensuite l’achat et la vente de la plante à des entreprises qui pourront l’utiliser à des fins médicales et des fins de transformation nationale et internationale. Cette agence sera seule compétente pour délivrer ou retirer les autorisations de culture, pourra mener des missions d’inspection et prendre des sanctions. Le projet de loi prévoit aussi de légaliser l’usage thérapeutique du cannabis, limitant la production aux volumes « nécessaires pour l’aspect médical, pharmaceutique et industriel ». Il serait également exigé des cultivateurs agréés de cannabis d’intégrer des coopératives agricoles et de vendre exclusivement leur production à des sociétés autorisées.

    Aurélien Bernard, Newsweed

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : le projet de loi sur le cannabis adopté en Conseil de gouvernement

    La troisième aura été la bonne ! Au Maroc, après deux reports lors de précédents Conseils de gouvernement, le projet de loi 13-21, relatif à l’usage légal du chanvre a finalement été adopté par l’Exécutif le 11 mars 2021 à Rabat. Cette législation historique, qui permettra de légaliser la culture légale du cannabis à des fins thérapeutiques, avait créé la polémique au sein du Parti justice et développement (PJD). Le projet de loi devrait ainsi être soumis au Parlement pour son adoption définitive. Il prévoit, entre autres, la mise en place d’une Agence nationale qui contrôlera le cultures du chanvre, sa transformation, sa commercialisation, son exportation ou son importation pour des besoins médicaux, pharmaceutiques ou industriels. Cette structure sera la seule et unique structure habilitée à délivrer (et à retirer) les autorisations pour cultiver cette plante, mener des missions d’inspection, voire prendre des mesures coercitives envers ceux qui enfreindraient la (future) législation.

    Rahim Sefrioui, Le360

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi sur le cannabis

    Le Conseil de gouvernement marocain réuni le 11 mars a adopté, après deux reports, le projet de loi 13-21 relatif à l’usage légal du chanvre. Tourné vers la promotion des filières du cannabis médical, cosmétique et industriel, le projet de loi sur l’usage légal de cette plante tend à reconvertir les cultures illicites destructrices de l’environnement en activités légales durables et génératrices de valeur et d’emploi. Ce projet retient comme priorités de créer un cadre légal permettant le développement des filières du cannabis médical, cosmétique et industriel et de saisir les opportunités offertes en attirant des opérateurs d’envergure internationale. Doter le Royaume d’un système rigoureux de traçabilité et de contrôle, à l’effet de prévenir tout détournement du cannabis et ses dérivés vers le marché illicite, figure en tête des objectifs de ce texte de loi.

    Karim Handaoui, Challenge

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : ces zones autorisées pour cultiver du cannabis vaudront des milliards

    Au Maroc, le projet de loi sur l’usage légal du chanvre prévoit la promulgation d’un décret du ministère de l’Intérieur délimitant les zones où cette culture sera autorisée, sous la supervision d’une Agence nationale exclusivement dédiée. « C’est un texte réglementaire qui vaut des milliards », explique un connaisseur du dossier, sous couvert d’anonymat. Pour lui, il faut être réaliste : « dans un premier temps, les autorités ne pourront pas autoriser plus de 10 % des superficies actuelles. Leur production suffira largement à satisfaire la part de marché à laquelle le Royaume pourrait prétendre au départ ».

    Fahd Iraqi, Le360

    Afrique Maroc

  • Légalisation du cannabis : la démarche du Maroc « cadre tout à fait avec la loi internationale »

    La démarche entreprise par le Maroc à travers le projet de loi sur les usages licites du cannabis, « cadre tout à fait avec la loi internationale » sur cette substance, a souligné Khalid Tinasti, directeur de la Global Commission on Drug Policy (GCDP). La nouvelle décision reconnaissant l’utilité médicale du cannabis offre des perspectives « pour une utilisation positive des bienfaits de cette substance, tout en en contrôlant les méfaits comme on fait avec tous les produits à risque », a-t-il résumé.

    MAP Express

    Afrique Droit Maroc

  • Cannabis médical au Maroc : « Faites-nous kiffer ! »

    Le Maroc réfléchit désormais à la légalisation du cannabis, au nom de ses vertus thérapeutiques et de la manne économique qu’il représente. Le débat est vif dans le pays, mais l’hebdomadaire Tel Quel a choisi son camp. On respire profondément, puis on kiffe ! Jusqu’alors, la culture du kif, la plante made in Maroc, était illégale. Mais le 4 mars, le gouvernement réuni en conseil a ouvert la voie à la légalisation de la culture du cannabis. Un vent nouveau est sur le point de souffler sur le pays, clame la une du magazine marocain.

    Courrier International

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : troisième round pour le projet de loi sur le cannabis

    Le Conseil de gouvernement marocain poursuivra jeudi 11 mars l’examen du projet de loi sur l’usage légal du cannabis. Ce texte a pour objectif de réglementer les activités liées à la culture du cannabis, sa production, sa fabrication, son transport, sa commercialisation ainsi que son export et import à des fins médicales et thérapeutiques.

    Médias 24

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : les enjeux du projet de loi sur les usages licites du cannabis

    Le Conseil du gouvernement marocain poursuit l’examen du projet de loi sur les usages licites du cannabis. Il vise à doter le Maroc d’un cadre légal permettant le développement des filières du cannabis médical, cosmétique et industriel conformes aux engagements internationaux du Royaume. Les paysans qui intégreront le programme du cannabis licite bénéficieront de revenus nettement supérieurs à ceux actuels, tout en respectant l’environnement. Le projet de loi ne concerne pas le cannabis récréatif, qui demeure prohibé. Il concerne exclusivement les usages médicaux et industriels. A l’échelle internationale, une forte tendance à la légalisation du cannabis médical (voire du récréatif) est constatée. Dans le souci d’amorcer une reconversion rapide de la culture actuelle illicite en une activité légale, le projet de loi réserve les opportunités de développement de la culture du cannabis aux paysans traditionnels.

    MAP Express

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : comprendre les deux reports de l’examen du projet de légalisation du cannabis

    A l’initiative du ministre de l’Intérieur marocain, le projet de loi relatif aux usages licites du cannabis peine à se concrétiser. Ce point inscrit à l’ordre du jour a été reporté par l’Exécutif. Sa légalisation ne fait d’ailleurs pas l’unanimité au sein du PJD. En colère contre cette décision, l’ancien secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, avait menacé de geler son adhésion au parti si le secrétariat général du PJD validait le projet. Il a également prévu démissionner du parti si les parlementaires PJDistes votent pour ce projet de loi. Depuis plusieurs années, des voix avaient pourtant plaidé pour la légalisation de la culture du cannabis à des fins médicales et thérapeutiques. Ce faisant, le Maroc pourrait se conformer à l’évolution de la situation internationale.

    Bladi.net

    Afrique Droit Maroc

  • Le Maroc va-t-il renoncer à la légalisation du cannabis ?

    L’adoption au Maroc du projet de loi 13.21 portant légalisation du cannabis à usage thérapeutique a été repoussée à une réunion ultérieure. C’est le deuxième report, la deuxième réunion n’ayant même pas poursuivi l’examen du texte préparé par le ministère de l’Intérieur. Le Maroc va-t-il renoncer à la légalisation du cannabis sous la pression algérienne ? C’est du moins la question que l’on se pose. Ce nouveau report intervient alors que dans les rangs du PJD, la colère est montée d’un cran contre l’approbation du projet de loi à seulement quelques mois des élections législatives. Les menaces proférées par Adelilah Benkirane de quitter le parti si les députés islamistes votent en faveur de la légalisation, compliquent davantage la tâche du Premier ministre, Eddine El Othmani, et réduisent sa marge de manœuvre. Le président du Mouvement Unicité et Réforme, principal soutien de Saad-Eddine El Othmani, a plaidé pour la « patience » à l’heure de l’adoption du texte. L’Algérie accuse le gouvernement marocain de « couvrir son déficit économique (…) avec la légalisation ».

    Afrik.com

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : cinq secteurs qui pourraient être boostés par le chanvre

    Le Maroc semble engagé à assouplir sa politique sur le cannabis. Le chanvre intéresse plusieurs secteurs d’activité. Le marché pharmaceutique mondial de cannabis connaît une envolée ces dernières années. Dans le monde de la cosmétique, le CBD (cannabinoïde présent dans le cannabis) est prisé et mis en avant par plusieurs marques. Les graines et l’huile de chanvre sont comestibles et de plus en plus utilisées. Depuis longtemps, le chanvre est aussi utilisé dans le textile, et connaît un regain d’intérêt dans ce domaine. Le chanvre est également aussi un matériau « précurseur » dans le bâtiment.

    H24info

    Afrique Droit Eco-Conso Maroc

  • Le gouvernement marocain fait-il marche-arrière sur le cannabis légal ?

    Le projet de loi n° 13.21 relatif aux usages licites du cannabis n’a pas été validé par le conseil de gouvernement, réuni le 4 mars par visioconférence sous la présidence du chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani. Ce point a été reporté par l’Exécutif. Ce projet de loi avait suscité des réactions, notamment au sein du PJD qui conduit l’actuelle coalition gouvernementale. Des leaders de ce parti n’ont pas caché leur colère, car cette loi est proposée par des partis de l’opposition, notamment le PAM et l’Istiqlal. Puis l’ancien secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane a menacé de geler son adhésion au parti si le secrétariat général du PJD valide le projet et de le quitter définitivement si les parlementaires PJDistes votent en sa faveur. Ceci au moment où plusieurs voix ont appelé à légaliser la culture du cannabis à des fins médicales et thérapeutiques pour se conformer à l’évolution de la situation internationale.

    Mohamed Younai, Le360

    Afrique Droit Maroc

  • Maroc : l’investissement des petites entreprises dans le chanvre au lieu de « la surenchère politique »

    Au Maroc, un groupe d’associatifs et de chercheurs ont lancé un appel pour élargir le débat et capitaliser sur ce que le projet de loi sur la culture de cannabis peut rendre possible, « loin de la surenchère politique et éthique ». Ces personnes ont appelé à une amnistie inconditionnelle pour tous les agriculteurs du kif, à une extension des champs d’exploitation du chanvre à d’autres zones géographiques que le nord du pays, à la régulariser la situation foncière de certaines zones de culture, à la possibilité d’impliquer la population locale dans les débats et à tenir compte des intérêts des petits entrepreneurs et de la compétitivité, avec la mise en place d’une économie solidaire.

    Yabiladi.com

    Afrique Eco-Conso Maroc

0 | 30 | 60

Consulter une revue de presse par

Thématique

Agriculture Alimentation Animaux Bourse Construction Cosmétique Droit Eco-Conso Edition Environnement Expérimentation française Formation Histoire Industrie Justice Mission parlementaire Recherche Santé Sécurité routière Société Sport Textile

Pays par zones géographiques

Afrique Afrique du Sud Albanie Allemagne Amérique du Nord Amérique du Sud Argentine Asie Australie Belgique Bolivie Bosnie-Herzégovine Brésil Canada Caraïbes Chine Colombie Corée du Sud Costa Rica Cuba Danemark Dominique Equateur Espagne Etats-Unis Europe France Gabon Ghana Grèce Guyana Inde Indonésie Irlande Islande Israël Italie Jamaïque Japon Lesotho Liban Luxembourg Macédoine du Nord Malawi Mali Malte Maroc Maurice Mexique Népal Nigeria Nouvelle-Zélande Océanie Ouganda Ouzbékistan Pakistan Paraguay Pays-Bas Pérou Pologne Portugal Proche/Moyen-Orient Royaume-Uni Russie Rwanda Sainte-Lucie Sénégal Seychelles Slovaquie Suède Suisse Thaïlande Trinité-et-Tobago Tunisie Ukraine Uruguay Zambie Zimbabwe

Région

Auvergne-Rhône-Alpes Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Centre-Val de Loire Grand Est Guadeloupe Guyane Hauts-de-France Ile-de-France Normandie Nouvelle-Aquitaine Nouvelle-Calédonie Occitanie Pays de la Loire Polynésie française Provence-Alpes-Côte d’Azur Saint-Pierre-et-Miquelon

Département

Ain Aisne Alpes-de-Haute-Provence Alpes-Maritimes Ardèche Ardennes Aube Aude Aveyron Bas-Rhin Bouches-du-Rhône Calvados Charente Charente-Maritime Cher Corrèze Côte-d’Or Côtes-d’Armor Creuse Deux-Sèvres Dordogne Doubs Drôme Essonne Eure Eure-et-Loir Finistère Gard Gironde Haut-Rhin Haute-Garonne Haute-Loire Haute-Saône Haute-Savoie Haute-Vienne Hautes-Pyrénées Hauts-de-Seine Hérault Ille-et-Vilaine Indre Indre-et-Loire Isère La Réunion Landes Loire Loire-Atlantique Loiret Lot Lot-et-Garonne Lozère Maine-et-Loire Manche Marne Mayenne Meurthe-et-Moselle Meuse Morbihan Moselle Nièvre Nord Oise Orne Pas-de-Calais Puy-de-Dôme Pyrénées-Atlantiques Pyrénées-Orientales Rhône Saône-et-Loire Sarthe Savoie Seine-et-Marne Seine-Maritime Seine-Saint-Denis Somme Tarn Tarn-et-Garonne Territoire de Belfort Val-de-Marne Var Vaucluse Vendée Vienne Vosges Yonne Yvelines

Ville

Aix-en-Provence Amiens Angers Besançon Bordeaux Brest Caen Clermont-Ferrand Dijon Grenoble Le Havre Le Mans Lille Limoges Marseille Montpellier Nice Orléans Paris Perpignan Reims Rennes Rouen Saint-Denis Saint-Etienne Toulouse Tours